De l’Espace à la Décharge
Quand Nos Satellites Deviennent des Canettes

Dans le futur, on se souviendra de 2023 comme de l’année où les astronautes ont commencé à jouer au football avec des débris spatiaux. Non, vraiment. Le sport favori du cosmos est désormais de dégager une vieille antenne parabolique qui traîne et de tenter de la lancer dans le vide spatial. On dit que la NASA envisage même de créer une ligue intergalactique. « C’est un petit pas pour l’homme, un grand tir au but pour l’humanité. »

La pollution spatiale est devenue un véritable casse-tête. Il n’y a plus de place pour garer sa navette sans risquer de percuter une vieille coque de satellite ou une dent d’astronaute perdue lors d’une sortie extravéhiculaire (ne mangez pas des caramels en apesanteur, les enfants).

Les débris spatiaux, autrefois limités à des morceaux de fusées désuètes et à quelques satellites hors service, ont atteint des proportions alarmantes, et souvent hilarantes. Parmi les objets identifiés récemment, citons un sac de chips datant d’une mission Apollo (toujours à moitié plein, si quelqu’un a un petit creux), une guitare électrique (merci, David Bowie, pour cette contribution) et un vieux DVD de « 2001, l’Odyssée de l’espace » (un peu trop littéral, non ?).

En fait, l’encombrement est tel que les chercheurs pensent que nous devrions renommer la Voie lactée la « Poubelle lactée ». Les constellations d’Orion et de la Grande Ourse ont un nouveau voisin : la constellation du Grille-pain (composée exclusivement de vieux appareils électroménagers perdus par des navettes de déménagement interstellaires).

Certaines sociétés envisagent même de commercialiser les débris spatiaux comme des « souvenirs cosmiques ». Vous avez toujours voulu une clé à molette ayant flotté dans l’espace ? C’est votre jour de chance ! Et pour quelques milliers de dollars supplémentaires, ils la gravent avec votre nom.

Alors, que faisons-nous face à ce carnaval de déchets en apesanteur ? Eh bien, une entreprise visionnaire a récemment lancé « AstroBin », un service de nettoyage spatial à la demande. Vous pouvez désormais commander une collecte de déchets en appuyant simplement sur un bouton. Bien sûr, leur première mission s’est soldée par la perte de leur propre vaisseau de nettoyage, ce qui a ajouté un bel aspirateur spatial à notre collection d’artefacts célestes.

Blague à part, la pollution spatiale est un problème sérieux. Mais peut-être qu’avec un peu d’humour et beaucoup d’ingéniosité, nous pourrons transformer nos ordures célestes en une opportunité pour innover, pour créer et pour s’amuser. Après tout, qui n’a jamais rêvé de jouer au foot avec une vieille parabole ?